CULTE! Télé: La loi des Séries

Un film de Daniel Ablin

Auteurs : Serge July & Antoine de Gaudemar
Réalisateur : Daniel Ablin
Image Eric Genillier
Son Thierry Blandin, Philippe Benoist, Joël Flescher
Montage Sylvie Crépel
Durée : 52 minutes
Format : HD Cam, 16/9e
Versions : française
Copyrights : Folamour – 2014
Diffuseur : France 5

 

 

 

Intervenants :
FRÉDÉRIC LAVIGNE Directeur artistique du festival « SÉRIES MANIA »
DAN ATTIAS Réalisateur
FRÉDÉRIC MARTEL Sociologue, auteur de « MAINSTREAM »
DAVID JACOBS Créateur de “DALLAS“
OLIVIER SZULZYNGER Scénariste, directeur d’écriture de « PLUS BELLE LA VIE »
AGNIESZKA HOLLAND Réalisatrice
MARJOLAINE BOUTET Spécialiste des séries, enseignante à la Femis

 

Archives :
L’équipe de « Dallas »
DAVID SIMON Showrunner de « The Wire » et « Treme »

 

 

 

Extraits de :

« Braquo »

« Lost »

« Plus belle la vie »

« Real Humans »

« The Wire »

« Treme »

« Six Feet Under »

 

COLLECTION CULTE !

Autrefois réservée à une élite, la culture est aujourd’hui une industrie puissante, mondialisée, massive. De best seller en blockbuster, de nombreuses créations font désormais partie de l’imaginaire collectif. Elles sont devenues culte.

La série documentaire « Culte » raconte le destin de quatre productions fondatrices de cette culture populaire de masse : Mario Bros. et les jeux vidéo, le premier concert outdoor de Johnny Hallyday et les concerts géants, les sérigraphies Marilyn d’Andy Warhol et le pop art, Dallas et les séries télévisées.

 

 

TÉLÉ : LA LOI DES SÉRIES

En 1978, CBS diffuse le premier épisode de « Dallas ». Jusqu’à son arrêt en 1991, 357 épisodes de cette série seront regardés par des centaines de millions de téléspectateurs à travers 97 pays. Sur fond de crise pétrolière et de libéralisme reaganien, cette saga sans fard de deux grandes familles texanes et rivales symbolise dans le monde entier la puissance du capitalisme américain. Par son style, ses innovations et ses produits dérivés, « Dallas » marque aussi un tournant décisif dans l’histoire des séries télévisées.

Aujourd’hui, des croque-morts de « Six Feet Under » aux survivants de « Lost », en passant par les flics de « The Wire » et les robots de « Real Humans », les séries télévisées américaines sont aujourd’hui les blockbusters du petit écran. Elles sont devenues un genre à part entière et le cœur névralgique de l’industrie audiovisuelle, drainant les meilleurs talents, les meilleures audiences, et les plus grosses ressources publicitaires. Le phénomène ne concerne pas que les séries américaines, aussi dominatrices soient-elles. Le monde entier s’est mis à fabriquer des séries, en Europe, en Amérique latine, au Moyen-Orient, en Asie. A peine diffusées sur le petit écran, elles sont déjà sur internet, on les regarde où et quand on veut, à toute heure du jour et de la nuit. L’addiction touche tous les milieux et tous les âges. C’est une déferlante mondiale qui secoue la télévision traditionnelle, remet en cause jusqu’à la façon de la regarder et menace même la suprématie du cinéma hollywoodien.